Accueil / Actualités / L’analyse des marchés Octobre 2023 | Delubac
Lettres de la banque |

L’analyse des marchés Octobre 2023 | Delubac

bandeau analyses marches

PAR DELUBAC ASSET MANAGEMENT

Depuis le mois d’août, la situation s’est révélée compliquée sur les marchés financiers, avec des indices actions en recul de plus de 5 % des deux côtés de l’Atlantique et des tensions fortes sur les marchés obligataires. Le taux 10 ans américain s’est ainsi rapproché temporairement des 4,9 % début octobre. 

D’où vient ce stress depuis cet été ?

Il y a plusieurs facteurs explicatifs.

  • Du côté de la Chine, les nouvelles peu rassurantes se succèdent, avec une déflation qui s’installe, une relance budgétaire qui déçoit, un marché immobilier toujours très fragile, comme l’atteste la quasi-faillite de Country Garden.
  • Au niveau des entreprises, les résultats du 2e trimestre et surtout les prévisions pour la fin de l’année, se sont révélés en moyenne en Europe inférieurs aux attentes, avec des révisions à la baisse de la croissance des BPA (Bénéfices par actions) attendue pour 2023.
  • Sur le plan de la croissance, un certain nombre d’indicateurs se sont avérés moins bons qu’attendu, notamment les indices d’activité économique PMI composites (indice des directeurs des achats) américains et européens publiés en août. Ils indiquent clairement que l’économie mondiale est entrée dans « la phase dure » de son ralentissement.
  • Dans le même temps, le reflux de l’inflation est loin d’être linéaire, la stagnation en août en Europe à 5,3 % et le rebond de l’inflation-cœur aux Etats-Unis en témoignent. 

Bataille entre inflation et croissance : des situations différentes entre Europe et Etats-Unis

Quoi qu’il en soit, la bataille entre l’inflation et la croissance est amenée à durer. Le ralentissement de la croissance est sensible des deux côtés de l’Atlantique, de même que le reflux de l’inflation est réel même si encore trop timide. Néanmoins, la situation est assez différente entre ces deux grandes zones économiques.

  • La croissance aux États-Unis s’avère ainsi résiliente et on se dirige vers un atterrissage en douceur de l’économie. La FED attend encore une croissance du PIB aux États-Unis de 1 % pour 2023 et 1,1 % pour 2024. Les derniers indicateurs d’activité ISM se maintiennent en zone de croissance et l’investissement est stimulé par les Bidenomics. Le marché du travail reste tendu, mais des signes de détente apparaissent avec des pressions salariales en recul et des créations d’emploi en baisse. Il faudra néanmoins regarder attentivement la consommation des ménages car l’épargne accumulée lors du Covid est quasiment épuisée.
  • En Europe, la situation est plus compliquée avec un ralentissement qui touche aujourd’hui tous les pans de l’économie et notamment les services longtemps épargnés. La croissance au deuxième semestre est attendue proche de 0. L’offre de crédit s’est effondrée à son plus bas niveau depuis 2009, le pouvoir d’achat des ménages a été fortement entamé par l’inflation élevée. Les entreprises commencent également le ressentir, comme l’indiquent la hausse des taux de défaut et des prévisions prudentes. Pour autant, la décrue de l’inflation n’est pas remise en cause par le mauvais chiffre d’août, imputable en grande partie à la hausse du pétrole. Les chiffres publiés en septembre sont en ce sens rassurants : les facteurs fondamentaux continuent d’aller dans le sens de la modération.

Alors qu’attendre pour ces prochains mois ?

  • Les grandes banques centrales devraient maintenir des taux élevés encore longtemps. Les récentes tensions sur les marchés obligataires prouvent que cela est maintenant intégré par les marchés. De ce fait, un risque de fort dérapage à la hausse des taux nous paraît limité.
  • Les obligations des émetteurs de bonne qualité (catégorie « Investment Grade ») de maturité plutôt courte continueront d’être le cœur de nos portefeuilles obligataires. Le monétaire a également retrouvé un réel attrait, avec des rendements attractifs pour encore longtemps et un risque quasi nul.
  • Du côté des actions, nous allons continuer à privilégier des entreprises à fort pricing power et les thématiques long terme comme la transition écologique ou la technologie. Les très bons résultats et les excellentes perspectives de Nvidia ont par exemple confirmé le potentiel économique lié à l’Intelligence Artificielle.
  • Enfin, le retour du risque géopolitique sur le devant de la scène peut favoriser à court terme le caractère de placement refuge des marchés obligataires. Il risque cependant d’être un facteur supplémentaire de fragilité pour la croissance à venir et de volatilité sur les marchés.

Ce document conçu à des fins d’information, ne revêt aucun caractère contractuel et ne constitue en aucun cas un conseil en investissement, une recommandation de conclure une opération ou une offre de souscription. Les commentaires et analyses reflètent la perception des équipes de Delubac Asset Management sur les marchés financiers et leur évolution ; ils ne sauraient constituer une garantie de performance future. En conséquence, Delubac Asset Management ne saurait être tenu responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base de ces commentaires et/ou analyses. Préalablement à toute souscription d’un produit financier, il convient que l’investisseur s’assure notamment de l’adéquation de cet investissement à sa situation financière et patrimoniale, à son expérience et à ses objectifs en terme de risque et de durée d’investissement. Il est recommandé, avant tout investissement, de prendre connaissance du Document d’Informations Clés du fonds (DIC), disponible gratuitement auprès Delubac Asset Management et/ou sur le site internet delubac-am.fr, et en particulier de prendre connaissance de manière exacte des risques encourus notamment du risque de perte en capital. L’indicateur de risque affiché et le classement du fonds ne sont pas garantis, ils peuvent évoluer dans le temps. Il est rappelé que les performances passées ne préjugent pas des performances futures.